Lettre à des Réfugiées Ivoiriennes, bientôt un camion bleu viendra…

310px Solar sys Lettre à des Réfugiées Ivoiriennes, bientôt un camion bleu viendra...

Côte d’Ivoire, après tout ce que qui s’est passé…Une autre guerre?

Il est des mystères que nous ne pourrons jamais percer… Nous voyons régulièrement des appels de certains à (re)prendre les armes… en Côte d’Ivoire!

Qui sont-ils? Qu’espèrent ils? Du sang ? De la gloire?

Nous leur envoyons ce message…

Lecture conseillée: « Retour des réfugiés ivoiriens », Grande cause Nationale

Lettre à des Réfugiées Ivoiriennes

Sur un rocher gorgé d’eau saline

Tournoyant autour d’une frêle étoile jaune,
des « amas moléculaires hautement organisés » ,

appelés Humains,
mus par leurs cortex et leurs néo-cortex,
leurs limbiques et leurs néo-limbiques,
se rencontrent et se séparent,
pleurent et flirtent,
pissent et chient,
tournoient et guerroient…
Sans arrêt…sans arrêt!

Dans un un p’tit coin de ce rocher céleste de 322000 kilomètres carrés
A son occident, la Nature pudiquement se tait;
détournant son regard de l’obscène laideur de leurs rêves guerriers.

On n’entend plus les barrissements des éléphants

Par leur cruauté, ils ont rendu la Forêt et la savane aphones…

La Nature est silencieuse.

Elle se tait aussi pour ne pas réveiller
le petit Bailly qui s’est endormi le ventre à peine rempli
dans les bras de sa très jeune mère famélique,
qui toutes les nuits tente de s’endormir tout en se bouchant le nez :
A cause du souvenir de ces odeurs,

des odeurs de ces hommes (?),

d’elle inconnus et qui par une sombre nuit,

neuf mois plutôt lui ont volé sa jeunesse…

Qui pour elle a une pensée?
Quand rentrera t’elle chez ses parents?
Sont-ils encore en vie?
Que diront-ils à la vue de son p’tit bout d’homme
à l’histoire si … différente des autres bébés?

Cependant,

Loin, très loin d’elle,
Tous les jours, toutes les nuits,
Des écrivaillons va-t-en-guerre  jacassent, croassent et rêvent…
Ils n’ont pas son temps
Ils n’en ont rien à foutre.
Ils ruminent …
Ils ont des rêves, des rêves obsessionnels lubriques, inavouables:
TOUTES les nuits, ils se voient comme un doigt… Oui,
Un doigt!
Un doigt dans le côlon du Colon source de tous nos maux…
Comprendront ceux à qui on n’a pas coupé les oreilles.

Dans leurs lits, ils s’agitent comme des coqs ététés
Pour au p’tit matin, trempés de sueur,
dans une piteuse discrétion,
plier leurs draps souillés par leur excitation nocturne…
De l’enfance, il n’ont plus que ça.
Intellectuellement séniles, précocement amnésiques…

Au réveil, ils chercheront des oreilles complices
Pour réaliser ce phantasme, cette « Pro-Fessie » comme ils disent…
Ils trouveront des oreilles naïves
Dans lesquelles ils déverseront leurs glaires sanguinolentes…

Ne comprenant pas le jeu de mots, ce jeu d’idiots
Des impubères intellectuels, maléfiquement testosteronés,
Seront prêts à recommencer…
Croyant combattre pour une cause
Ils combattront en réalité pour un rêve …

Un rêve inavouable!

Et tant pis.

Tant pis si après-demain,

Après leur guerre d’eux rêvée, cette fois,
Dans l’orient du « petit bout de Terre » de 3220000 Km carrés,
C’est une autre très jeune Maman
qui verra s’endormir sa petite Affoué sur son ventre creux,
Elle, les doigts dans les oreilles pour ne plus entendre,
le meuglement des boeufs qui lui rappelleront
que neuf mois plus tôt…

Ces va-t-en-guerre visqueux rêvent de trompettes Wagnériennes,
De hautes tours de Gloire Céleste avec des escaliers infinis…
Au sommet Eux, rien qu’Eux.
« On est Ensemble »… Ils sont ensemble!
Avec leur p’tit caleçon, leur p’tit chapeau, leur p’tit pagne Kita et…
une cravate au cou!

Tant pis s’il faut pour y parvenir
faire roter des chars sur l’asphalte.

A l’abri des bombes, bien planqués chez le Colon,

ils se goinfreront et se branleront
à la « vision phallique » des canons de chars dont ils rêvent.

L’Eléphant et ses éléphanteaux ne connaîtront plus la Paix…
Ils l’ont décidé. Ce sont eux qui décident.
Qui doit vivre et qui ne le doit pas.
Qui sera libre ou pas.

J’écris comme lit la petite Aminata: mot à mot…
Ma main est vide des trésors
que je leur ai promis en échange d’un peu d’humanité.
Est-ce donc pour cela,
qu’ils sont devenus sourds et aveugles?

Amenez les bébés Bailly, Affoué et Aminata,
Avec ces quelques mots, je veux leur coudre un moustiquaire
Pour les protéger contre ces moustiques suceurs de sang,

En leur promettant que bientôt, très bientôt, des camions bleus,

Les ramèneront chez eux.

Côte d’Ivoire needs bread and peace. Not shit!

« We don’t need no more trouble… »

sangare avatar 1402136926 1 96x96 Lettre à des Réfugiées Ivoiriennes, bientôt un camion bleu viendra...

😉

sangare – who has written posts on Vérité et réconciliation Côte d'Ivoire.


You may also like...

Commentaires

inconnu dit :

Beau poeme. Esperons tout simplement que ceux a qui cela s’addresse seront intelectuellement a la hauteur pour comprendre chaque phrase et chaque mot.

Google+