[+1] Opinion / Déchets toxiques : les larmes de l’Afrique

Dans le film américain « Tears of the sun » (les larmes du soleil) avec l’acteur Bruce Willis et portant sur les guerres fratricides en Afrique, une séquence m’a particulièrement bouleversé. Un prêtre faisait ses bénédictions aux réfugiés qui fuyaient les rebelles en ces termes : « Que Dieu vous garde ». La réponse cinglante et sobre de Bruce Willis chargé de protéger les réfugiés fut : « Dieu a déjà quitté l’Afrique ». Je dois avouer que pas une journée ne se passe en Afrique sans que cette réponse sonne dans mes oreilles comme une fatalité, une résignation. 


47986 [+1] Opinion / Déchets toxiques : les larmes de l’Afrique

Le problème des déchets toxiques déversés en Côte d’Ivoire en est une parfaite illustration. Et la façon dont le problème est abordé et traité confine à l’hérésie collective. Quand un drame survient en dehors de l’Afrique, il est bien souvent le fait de catastrophes naturelles (seisme, tsunami, accidents nucléaires, etc.). La plupart des drames en Afrique sont le fait de la volonté des hommes (déchets toxiques, guerres, génocides, etc.).

Le Quotidien ivoirien « Fraternité Matin » a le mérite de susciter une polémique ces jours-ci sur la réalité de la nocivité ou non des déchets toxiques déversés à Abidjan. Le journal produit des expertises européennes qui allèguent de « l’innocuité » des déchets toxiques.

Certains affirmant que pour qu’ils soient toxiques, il aurait fallu que ces déchets soient dilués dans une surface d’eau équivalente à je ne sais quel océan. Le modeste scientifique que je suis ne perçoit pas la relation établie entre la dilution des déchets toxiques et leur nocivité. Ces déchets étaient déjà sous forme liquide ou semi-liquide. Pour ces experts, la seule gêne était une mauvaise odeur.

Avant de développer mes arguments sur la fausseté de ces expertises partisanes et méprisantes, je voudrais poser la question suivante.

Si une odeur m’empêchant de respirer m’asphyxie et que je meurs, l’odeur est-elle mortelle ou pas ?

[box title= »Titre de boite » color= »#333333″]L’équipe de journalistes qui mène cette « Grandes Enquêtes » comme s’intitule la rubrique qui en assure la diffusion et qui a pris fait et cause pour les experts de Londres et d’Amsterdam, poursuit en mettant en doute l’avis des experts ivoiriens, en l’occurrence Madame le Professeur Hélène Yapo Etté qui a effectué les autopsies, et qui a établi un lien de causalité entre ces déchets toxiques et les corps autopsiés.[/box]

Je reste pantois face à une analyse aussi superficielle, partielle et partiale des journalistes.

Je suis cité parmi ceux qui ont évoqué « à tort » la dangerosité des déchets toxiques, alors que selon les experts européens, il n’en est rien.

[pullquote]Pour une enquête dite « Grandes Enquêtes », je m’étonne que les journalistes n’aient point approché tous les experts ivoiriens pour étayer leurs enquêtes. Pourtant, je suis en Côte d’Ivoire en ce moment et Fraternité Matin sait comment me joindre. J’ai, effectivement, publié un article le 14 septembre 2006 dans FRATERNITE MATIN sur les effets et conséquences de ces déchets toxiques sur la santé de la population, de la faune, de la flore et de l’environnement, tout en prodiguant les mesures à prendre pour protéger les populations et la stratégie à adopter face au fléau et un deuxième article sur les déchets toxiques publié dans FRATMAT.info le 25 septembre 2009 intitulé « Béni soit TRAFIGURA, vivement le prochain déversement » (voir site www.crieafrique.net à la rubrique PRESSE).[/pullquote]

Les seules autorités qui ont à ce jour consenti à nous approcher pour recueillir notre opinion ne sont pas ivoiriennes. Il s’agit des Etats-Unis, à travers l’Université de Berkeley, qui ont estimé nécessaire de m’interviewer sur les déchets toxiques et interroger quelques victimes pour finalement produire un film de référence sur la question et qui a été projeté à l’Institut Goethe à Abidjan après la crise, en présence du fils de Patrice Lumumba et de quelques ambassadeurs et autorités.

Ce film documentaire américain est intitulé «The Stinking Ship » « Le bateau puant » et la bande annonce peut être vue sur internet.

Je vais essayer d’expliquer en des mots simples et avec des comparaisons, pourquoi les déchets déversés à Abidjan sont toxiques et mortels et pourquoi il y a eu beaucoup de morts bien au-delà des estimations officielles et surtout pourquoi il va y en avoir, avec bien d’autres kyrielles de conséquences.

N’en déplaise aux experts de Londres et d’Amsterdam et aux 84 milliards de frais d’honoraires qu’ils exigent (avocats et experts) ; (C’est vous qui le dites). A ce prix, beaucoup d’experts seraient prêts à faire passer l’Arsenic pour un fortifiant, si on le leur demandait. Et même d’en apporter la preuve scientifique.

Vous souvenez-vous de l’amiante ?

Ce fut un excellent isolant et résistant au feu qui a été grandement utilisé en France et dans le monde. Quelques scientifiques avaient évoqué la dangerosité de ce produit à l’époque, mais ils étaient comme nous, en ce moment, insignifiants devant le lobby industriel qui produisait ces isolants et qui était entouré d’experts les plus aguerris de l’époque pour vanter les bienfaits de l’amiante et de son innocuité.

En 1997, quand la France interdisait enfin l’amiante après qu’il se s’est révélé très cancérigène, ce fut le plus grand scandale sanitaire. L’inhalation de fibres d’amiante est à l’origine de l’asbestose (fibrose pulmonaire), de cancers broncho-pulmonaires, ainsi que de cancers de la plèvre et de cancers des voies digestives.

On prévoit près de 100 000 morts d’ici 2025 à cause de l’amiante. Au moment où éclate ce scandale, la plupart de ces experts ne sont plus là pour répondre des préjudices causés à la postérité. Or, les maladies liées à l’amiante représentent aujourd’hui en France la deuxième cause de maladies professionnelles et la première cause de décès liés au travail (hors accidents du travail).

Vous souvenez-vous du Distilbène ?

Le Distilbène (DES) est une hormone de synthèse utilisée pour prévenir les fausses couches. Entre 1948 et 1976, deux à huit millions de femmes ont été traitées avec cette molécule dans le monde. Des décennies plus tard, un certain nombre d’anomalies génitales ont été rapportées chez les enfants nés de mères ayant pris du DES pendant leur grossesse. Chez les filles, dès la puberté, ont été rapportées des malformations génitales plus ou moins typiques, des risques augmentés de cancer du vagin, et de nombreux cas de stérilité. Chez les garçons, il a été rapporté des cas de sténose de l’urètre, des kystes de l’épididyme, des malformations de l’urètre (hypospadia), des testicules non descendus (cryptorchidie), et des cas d’hypotrophie testiculaire ainsi qu’une diminution de la qualité du sperme (oligospermie). Les études montrent aujourd’hui que les conséquences vont porter sur 3 générations (père, fils, petits-fils) au moins.

Vous souvenez-vous de la Thalidomide ?

La thalidomide fut un médicament miraculeux utilisé abondamment dans la décennie1950-1960 comme sédatif et anti-nauséeux, notamment chez les femmes enceintes. Quelques années plus tard, face à la recrudescence d’enfants nés sans bras de femmes utilisant ces produits, on se rendit compte qu’il était responsable de graves malformations congénitales. Les enfants nés sans bras étaient atteints de phocomélie (car les avant-bras sans le bras rappelaient les phoques). Comme d’habitude, les responsables, notamment le fabricant Chemie Grünenthal, ont nié tout lien de causalité entre ces malformations congénitales et la thalidomide. Finalement, ils ont admis les effets tératogènes. Après un énorme scandale, le médicament fut retiré du marché mondial en 1961.

Corrélation !

Vous allez me dire quel est donc le lien entre ces scandales industriels et les déchets toxiques !

  1. Dans tous ces scandales sanitaires d’ampleur, des experts avaient certifié l’innocuité des produits,
  2. Les coupables (industriels) ont toujours nié, experts à l’appui, la non existence d’un lien de causalité entre leur produit incriminé et les maladies survenues,
  3. les maladies et la mortalité surviennent souvent des années plus tard en fonction de la quantité de produits utilisés, de la sensibilité, de l’âge et de la précocité ou non de la prise en charge.

Dans tous les dossiers de scandales industriels, ces 3 facteurs interviennent.

A votre avis, combien d’innocentes victimes de ces produits sont mortes dans l’indifférence avant que n’éclate le scandale de ces produits ?

Dans le cas de la Côte d’Ivoire, c’est encore pire.

Il s’agit de produits chimiques reconnus, dès le départ, comme hautement toxiques, totalement interdits à l’usage humain et environnemental, dont les effets cancérigènes, tératogènes sont établis, et dont la mortalité même dans l’immédiat selon la dose inhalée et le temps d’inhalation est connue de toutes les instances scientifiques.

Si des produits comme l’amiante, dont l’innocuité avait été testée par des experts de tous poils ont pu s’avérer aussi mortels, si des médicaments à visée thérapeutique tels le dystilbène et le thalidomide (je rappelle qu’un médicament subit en général 12 ans d’études et de recherches avant d’être validé et autorisé à être mis sur le marché) ont pu s’avérer cancérigènes, tératogènes et mortels, comment , même en faisant preuve de mauvaise foi et d’une absence totale de moralité et de bon sens, peut-on soutenir qu’un produit chimique déclaré par toutes les études scientifiques indépendantes dans le monde comme étant HAUTEMENT TOXIQUE, peut-il s’avérer inoffensif lorsque utilisé sur des Ivoiriens ?

Dieu aime-t-il les Ivoiriens à ce point ?

[pullquote]Par quel miracle peut-on arriver à faire croire que 500 tonnes de déchets toxiques ne sont aucunement mortels, sauf qu’il provoquerait une légère incommodation due aux odeurs ? [/pullquote]

Le problème des déchets toxiques est si sérieux que si nous n’y prenons garde, l’ampleur du scandale à Abidjan dans quelques années ferait passer la tragédie de la crise post-électorale de 2010 pour une partie fine entre amis. Et seul Dieu sait combien je rêve d’avoir tort.

Page suivante: Mode d’action des produits toxiques

CIVVR avatar 1402139190 96x96 [+1] Opinion / Déchets toxiques : les larmes de l’Afrique

Site indépendant sur le processus de Vérité et réconciliation en Côte d’ivoire

CIVVR – who has written posts on Vérité et réconciliation Côte d'Ivoire.


Pages: 1 2 3

You may also like...

Commentaires

Google+