Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr): Les crocs-en-jambe de Ouattara à Banny

4048 Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr): Les crocs en jambe de Ouattara à BannyBanny 1 Large Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr): Les crocs en jambe de Ouattara à BannyEst-ce une initiative intentionnelle ou s’agit-il de simples « petits meurtres » entre « amis » ? Alassane Ouattara a visiblement confiné la Cdvr et son président, Banny, dans une posture de dénuement qui plombe le travail de la Commission de réconciliation.

« Nous sommes dans la dernière ligne droite qui est la réconciliation. Nous avons très peu de moyens et l’appui de l’Onuci qui est un partenaire est nécessaire ».

Ces propos, qui sonnent comme une demande d’aide, émanent de l’ex-Premier ministre, Charles Konan Banny, président de la Commission dialogue vérité et réconciliation (Cdvr). Il les a tenus le 9 novembre dernier quand le nouveau Représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en Côte d’Ivoire, le Néerlandais David Albert Koenders, lui a rendu visite.
En effet, en dépit de la bonne volonté affichée par le président de la Cdvr de mener à bien sa mission de réconcilier les Ivoiriens profondément divisés depuis septembre 2002, puis avec la crise postélectorale et la guerre d’avril 2011, Charles Konan Banny rencontre de nombreux obstacles et non des moindres. Des embuches qui constituent, en vérité, des crocs-en-jambes émanant curieusement du palais présidentiel, de la Primature et de sa formation politique, le Pdci-Rda.

Les coups bas de Ouattara

Au regard de l’ampleur des crocs-en-jambes qu’Alassane Dramane Ouattara faits à Charles Konan Banny, on se pose deux questions : pourquoi Ouattara a-t-il alors nommé Banny à la tête de la Cdvr si c’est pour lui faire obstacle ?

Ouattara veut-il réellement la réconciliation des Ivoiriens ?

Depuis l’ordonnance n° 2011-167 du 13 juillet 2011 portant création, attributions et organisation de la Cdvr, la commission n’a reçu aucun sou de la part de l’Etat.

Jusqu’à présent, la commission n’a pas eu droit à un siège alors que l’Etat est propriétaire de nombreux bâtiments.

Le siège actuel de la Cdvr sis à Abidjan-Riviéra 3 est le fruit d’une initiative personnelle de Banny.

La subvention de deux milliards de francs dont a bénéficié la Cdvr et qui permet à la commission de travailler tant bien que mal a été octroyée par la Cedeao.

Il a fallu que la grogne de Banny et son équipe soit relayée par la presse pour que le gouvernement Ouattara consente enfin d’adopter au cours d’un conseil, le 5 septembre dernier, le décret portant nomination des vice-présidents et des 11 membres du bureau central de la Cdvr.

Ainsi que les missions et l’autonomie accolées à la Commission dialogue, vérité et réconciliation. Sinon, depuis la prise de l’ordonnance du 13 juillet 2011, la commission était maintenue dans un flou total, entretenue, accuse un membre de la Cdvr, par « l’entourage du chef de l’Etat, Alassane Ouattara ».

Mais l’entourage peut-il agir contre une si importante structure sans avoir l’aval du chef de l’Etat ?

L’incident survenu à Yamoussoukro, le 28 septembre 2011, lors de l’installation officielle de la Cdvr constitue une preuve que Ouattara n’est pas étranger à la « misère » faite à Banny et à la commission.

Avant la cérémonie, a-t-on appris, le comité d’organisation mis sur pied par Banny avait vu les choses en grand et sous un symbole de paix fort.

Pour cela, il avait prévu de placarder sur les murs de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la paix de Yamoussoukro, les photos des 5 chefs d’Etat de la Côte d’Ivoire depuis l’indépendance : Houphouët, Bédié, Guéi, Gbagbo et Ouattara.

En plus de cela, leurs appels antérieurs ou récents à la paix devraient être diffusés dans la salle. Ce programme arrêté par le comité d’organisation aurait été récusé par le palais présidentiel.

L’équipe de Ouattara a retiré les photos de Laurent Gbagbo et Robert Guéï. Seules celles d’Houphouët, Bédié et Ouattara ont été visibles à la Fondation. La diffusion des messages de paix de Guéï et Gbagbo ont été purement et simplement interdites au grand dam de la Cdvr.

Ulcéré par l’agissement de l’équipe Ouattara, l’équipe de Banny aurait perçu cela comme un acte allant contre la réconciliation.

Mais aussi une volonté manifeste de saboter le travail de la Cdvr.

Est-ce cela qui a motivé la sortie « musclée » de Banny lors de la cérémonie ?

« Aucune victoire obtenue par la force ne peut être tenue pour définitive, car le vaincu d’aujourd’hui fourbira ses armes dans l’espoir de devenir le vainqueur de demain. Et c’est ainsi que s’installe l’escalade. Désarmons donc aujourd’hui nos haines, faute de quoi nous nous acheminons à grands pas vers une guerre de cent ans ! »,

avait asséné Charles Konan Banny lors de son intervention devant Ouattara à Yamoussoukro.

Un discours qui n’a pas été apprécié du côté du Palais présidentiel et de la Primature.

Déjà, lors de la création de la Commission, Alassane Dramane Ouattara avait affiché sa claire intention de contrôler le processus de réconciliation et de faire triomphe « sa » vérité au détriment de La Vérité.

« Banny est hautain », soutient un proche de Soro

Pour cela, il a imposé deux de ses proches à Banny qualité de vice-présidents de la Cdvr.

Il s’agit du Cheick Boikary Fofana et Mgr Paul Ahouana. Particularité de ces deux personnes, elles sont des anti-Gbagbo invétérés.

Banny n’aurait pas apprécié cette autre attitude de Ouattara. Pour tenter, en vain, de reprendre les choses en main, il obtient du nouveau chef de l’Etat, la création d’un 3ème poste de vice-président de la Cdvr (au titre de la chefferie traditionnelle).

Il y nomme un de ses proches, Nanan Désiré Tanoé, roi des N’Zima-Kotoko. Qui curieusement, est loin d’être impartial dans la crise sociopolitique ivoirienne.

Depuis 2007, même s’ils sont en apparence cordiaux, les rapports entre Guillaume Soro Kigbafori et Charles Konan Banny ne sont pas au beau fixe.

« Banny est hautain », estime un proche de Soro.

De fait, selon lui, le Premier ministre préfère se tenir loin des activités de la Cdvr.

Au Pdci-Rda, Banny ne bénéficie pas non plus d’un soutien enthousiaste.

Bien qu’il soit membre du bureau politique du Pdci.

Comme le camp Soro, celui de Bédié dédaigne aussi Banny.

Didier Depry [email protected]

Source: NotreVoie.Com

CIVVR avatar 1402139190 96x96 Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr): Les crocs en jambe de Ouattara à Banny

Site indépendant sur le processus de Vérité et réconciliation en Côte d’ivoire

CIVVR – who has written posts on Vérité et réconciliation Côte d'Ivoire.


Recherches ayant amené à cette page:

  • logo cdvr côte divoire

You may also like...

Commentaires

Google+