« Fuite » du Commandant Abéhi: deux articles, deux versions?

commandant abehi « Fuite » du Commandant Abéhi: deux articles, deux versions?Flou total sur la fuite du commandant Abéhi. Jean Noël Abéhi a-t-il vraiment fui Abidjan ? s’interroge L’Intelligent d’Abidjan. Mais Le Patriote a une version.

DES INTERROGATIONS ET DES DOUTES

Jean Noël Abéhi a-t-il vraiment fui Abidjan ? Voici la question que nous a posée hier un lecteur. Une question qui a poussé l’Intelligent d’Abidjan à en savoir davantage. La nouvelle de la fuite et de la disparition d’Abéhi avait été donnée par la presse. Elle n’a pas été démentie par les officiels. Elle n’a pas non plus été confirmée. Le ministère de la Défense, l’Etat-major de l’armée, le commandement supérieur de la gendarmerie, et les autres sachants éventuels, dont le procureur de la République, et le procureur Ange Kessi, ont tous gardé le silence depuis lors. Malgré le flou et les réserves, presque tout le monde a retenu désormais qu’Abéhi est en fuite. Tantôt il est localisé à Accra, tantôt c’est Lomé ; d’autre fois c’est au Libéria, en Gambie. Quelques-uns ont même cru l’apercevoir à la frontière ivoiro-libérienne.

  1. Et si Abéhi n’était pas en fuite ?
  2. Et s’il avait été exfiltré par les autorités ivoiriennes pour être mis à l’abri ?
  3. Exfiltré ou plutôt mis en sécurité, quelque part dans le pays. La fuite supposée d’Abéhi n’a pas eu d’effet sur le retour des autres militaires exilés, notamment le colonel-major Konan.
  4. Au cas où Jean Noël Abéhi n’était pas en fuite, qu’est-ce qui pourrait expliquer que les autorités le protègent ?
  5. A-t-il donné et livré des informations importantes, justifiant qu’il soit mis à l’abri ?

RETOUR SUR LA VISITE DE JEAN NOËL ABÉHI À GUILLAUME SORO

soro23 150x150 « Fuite » du Commandant Abéhi: deux articles, deux versions?Tout commence quelques semaines après la capture de Laurent Gbagbo. Le camp Agban a été le théâtre de bombardements des forces françaises et onusiennes. Des chars ont été détruits, mais au niveau terrestre, les FRCI n’ont pas pu pénétrer le camp. La reddition, ou plutôt l’allégeance du général Kassaraté permettra de mettre fin à la belligérance. Le patron de la gendarmerie ayant reconnu les nouvelles autorités, Abéhi et les autres estiment qu’ils n’ont pas de reconnaissance particulière à manifester, choisissant de s’en tenir à ce que Kassaraté a fait en leur nom, comme cela s’est passé pour l’Armée, comme cela s’est passé pour la police, et les autres corps para-militaires.
Ce sont les grands responsables, qui ont fait allégeance. Les allégeances isolées et individuelles n’ont pas été prises en compte. Mais ceux qui ont vu Jean Noel Abéhi à l’œuvre, ceux qui ont lu ses interviews passées, prétendent qu’il manifeste une vive et active aversion pour le RDR et pour le président Ouattara. Ils ne croient donc pas du tout qu’il a renoncé au combat, d’autant plus qu’ils apprennent qu’Abéhi estime qu’il n’a pas perdu la guerre, qu’il n’a pas perdu le combat contre ceux qu’il considère comme les rebelles. Abéhi pense, selon eux, que les Français n’ont pas osé le combat terrestre, qu’Agban n’a pas été pris. Donc il exige une discussion, et pose des préalables à la ‘’IB’’, avant toute reconnaissance personnelle et individuelle du nouveau régi-
me.

COLÈRE DES GENDARMES PRO-OUATTARA

banny dakar4 150x150 « Fuite » du Commandant Abéhi: deux articles, deux versions?Devant cet état de fait, des gendarmes pro- Ouattara qui ont souffert d’exclusion et d’ostracisme dans la gendarmerie, pour leur origine et leur supposé militantisme au Rdr, veulent en découdre avec Jean Noël Abéhi. Celui-ci a encore quelques hommes et des armes dans la caserne. Il prie tous les jours, mais il ne veut pas se laisser prendre, et abattre sans réagir. L’affrontement est proche, lorsqu’Abéhi se confie à un proche de Charles Konan Banny, en sa qualité de président de la Commission dialogue Vérité et Réconciliation. [pullquote]Abéhi demande de l’aide. [/pullquote]  Informé de ce qui se passe, le chef de l’Etat demande au même moment de régler le problème et d’obtenir qu’Abéhi ne soit pas en danger. D’où l’idée d’une rencontre chez le Premier ministre. Une rencontre au cours de laquelle, Abéhi ferait allégeance à la République. Guillaume Soro est sceptique. Mais les instructions du chef de l’Etat visant à tout faire pour éviter le grabuge et la mise en danger de la vie d’Abéhi sont impératives. Des séances de travail et échanges téléphoniques entre le Premier ministre et son oncle Charles Konan Banny,(comme Guillaume Soro appelle le président de la CDVR), permettent de préparer l’opération. Un grand coup de com, et une opération de charme réconciliation nationale, qui feront flop par la suite.

DÉCHAÎNEMENT TOTAL CONTRE BANNY ET ABÉHI

Les ultras du camp Ouattara n’apprécient pas. Tout le monde recule et laisse la patate chaude entre les mains de Charles Konan Banny. On le soupçonne d’un méchant ‘’one man show’’. [pullquote]Il lui est reproché de laisser Abéhi se faire passer pour un héros, un soldat ayant combattu pour une bonne cause.  [/pullquote].

Les mots du commandant Abéhi à la sortie de la Primature-ministère de la Défense choquent dans le camp RHDP, qui parle d’une insulte pour les victimes. L’affaire se passe mal. La presse se déchaîne. La primature, ni le gouvernement, ne monte au créneau pour expliquer, justifier et apaiser. C’est la reculade et la débandade.

  • Est-ce à dire que personne n’est prêt pour tenir les engagements pris au sujet de la sécurité d’Abéhi ?
  • Pendant que tous les autres militaires sont en vie, et font l’objet de simple détention provisoire, pouvait-on envisager que le pire arrive à Abéhi Jean Noël ?
  • Le pouvoir Ouattara n’avait-il pas en idée l’ampleur des réactions avant d’agir ?
  • Pourquoi n’ont-ils pas voulu assumer et revendiquer ce qui s’est passé ?

ABÉHI N’A PAS FUI….

Le flou est total et réel sur la fuite d’Abéhi ; une fuite qui n’a pas fait l’objet de communiqué, ni de communication officielle. Seul Banny mis en cause, a dit n’avoir rien à y voir, si vraiment et effectivement le Commandant Abéhi a fui. Depuis lors, à intervalles réguliers, la presse s’en fait les choux gras.

Question : Abéhi a-t-il vraiment fui, ou bien a-t-il été exfiltré avec l’accord des autorités ivoiriennes ?

Peut-il être plutôt encore dans le pays, mais en lieu sûr ?

Le cas Abéhi ne peut se comprendre si on ne prend pas en compte la jurisprudence et le principe général décrété par le chef de l’Etat : ne pas faire payer aux militaires les fautes des politiques, mais examiner en particulier et de façon, ce que les militaires ont pu faire comme zèle et exactions.

C’est ainsi que des actions de représailles et de règlements de comptes, contre les forces ennemies ou adverses ont été proscrites et interdites par les autorités, en dehors des combats. Depuis la fin des combats, aucun assassinat, aucun meurtre hors champ de bataille n’a été accompli.

ABÉHI PAS PLUS DANGEREUX QUE DOGBO BLÉ

dogbo ble 150x150 « Fuite » du Commandant Abéhi: deux articles, deux versions?Tous les grands chefs et commandants du camp Gbagbo sont en vie.

Le fameux Dogbo Blé, qui avait établi le blocus du Golf et menaçait de raser le bunker de Ouattara n’a pas été exécuté par les FRCI.

De l’avis de tous, et notamment de ceux qui affirment qu’Abéhi n’a pas pu fuir, l’ancien patron du Groupe d’Escadron Blindé (GEB) n’était pas plus dangereux, ni plus redoutable que le général Dogbo Blé, qui disposait de l’essentiel des armes et forces du camp Gbagbo.

Ceux-là qui doutent donc de la fuite d’Abéhi, mettent donc au défi le gouvernement de produire un communiqué pour confirmer la fuite, ou la disparition du commandant Abéhi.

«Le fait que cela puisse, explique éventuellement, un manque de vigilance et d’efficacité des services de sécurité, si tant est que les autorités sont dans l’ignorance du lieu où se trouve le commandant Abéhi, ne doit pas expliquer le silence et la confusion qui entourent cette affaire sérieuse. Les autorités ont un devoir d’explication pour éviter que la population soit perturbée et passionnée par des spéculations au sujet d’un militaire. Qu’on nous dise officiellement qu’il est porté disparu. Si tel n’est pas le cas, qu’on nous le dise, en toute transparence.Ne pas dire la vérité, est plus dangereux que laisser dire ce qui est, ou n’est pas par la rumeur, ou par les médias»,

conseille un diplomate soucieux lui-même d’en avoir le cœur net sur la question.

Source: L’Intelligent d’Abidjan

Par Charles Kouassi

 


 

 

Le 27 Octobre 2011 Jean-Claude Coulibaly  écrivait dans le Patriote : Lien

Fuite l’ex- commandant de l’escadron blindée de la gendarmerie

Comment Abéhi a quitté la Côte d’Ivoire

S’il y a une affaire qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive ces derniers temps en Côte d’ivoire, c’est bel et bien l’affaire Abéhi.

En août dernier, au moment où on l’attendait pour être entendu sur l’affaire de l’assassinat des six femmes d’Abobo, le commandant Jean-Noël Abéhi prend la fuite. Au camp d’Agban où il était retranché depuis l’éclatement de la crise postélectorale, l’on se perd en conjectures.

  1. Comment cela a-t-il été possible?
  2. Comment a-t-il pu quitter le camp sans que les autorités de la gendarmerie ne s’en aperçoivent?
  3. Qui sont ceux qui l’ont aidé à quitter le pays?

Voici les questions qui ont traversé les esprits dès l’annonce de sa fuite. Deux mois après, les langues commencent à se délier. La fuite mystérieuse d’Abéhi commence à livrer ses secrets. Retour sur une évasion rocambolesque.

Fin juin, le camp d’Agban est secoué par un séisme dont les secousses ont été ressenties au Palais présidentiel.

«Abéhi a fui», «Le tueur des femmes d’Abobo a disparu», titraient les journaux.

Les commentaires allaient bon train. Les Ivoiriens voulaient comprendre pourquoi un officier cité dans une affaire aussi grave qu’est l’assassinat des femmes, a pu quitter le pays aussi facilement. Les uns et les autres se rejettent la responsabilité au niveau de l’état-major.

On est même allé jusqu’à accuser le président de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation d’en être le commanditaire. On lui reproche d’avoir conduit le commandant Abéhi qui est un de ses neveux, chez le Premier ministre pour tenter une médiation.

Acculé par les critiques, le président de la CDVR, Charles Konan Banny justifie son acte par son souci de ne plus voir une goûte de sang couler sur le sol ivoirien.

«Trop de sang a coulé. Ca suffit comme cela!»,

a-t-il lancé sur le parvis de la Primature devant la volonté des FRCI d’en découdre avec l’ancien commandant de l’escadron blindée de la gendarmerie et ses hommes qui refusaient de rendre les armes.

VISITE DE JEAN NOËL ABÉHI À GUILLAUME SORO

Quelques jours après cette entrevue avec le chef du gouvernement, Guillaume Soro, la Côte d’Ivoire entière apprend le départ de l’officier en exil.

[pullquote]Le Premier ministre Banny est pointé du doigt.[/pullquote] Certains n’hésitent pas à dire qu’il est de ceux qui ont financé sa fuite. Alors qu’il en rien.

Aujourd’hui, grâce à des informateurs, l’on en sait un peu plus sur la fuite spectaculaire de l’ancien homme fort du camp d’Agban.

Le commandant Abéhi a pu quitter le pays, selon nos sources, grâce à des soutiens intérieurs et extérieurs.

Tout le monde en Côte d’Ivoire sait que le commandant Jean-Noël Abéhi est très proche de l’ancien couple présidentiel. Particulièrement de Simone Gbagbo. Les indiscrétions avancent que c’est l’ancienne Première dame qui aurait demandé à l’ex-commandant de l’escadron blindée de la gendarmerie de tirer sur les manifestantes d’Abobo.

Vrai ou faux?

610x 1115 150x150 « Fuite » du Commandant Abéhi: deux articles, deux versions?Toujours est-il que Simone Gbagbo a indirectement participé à la fuite de son protégé.

Aide des proches de Simone Gbagbo

Nos sources sont formelles. Le commandant de gendarmerie a bénéficié de l’aide des proches de Simone Gbagbo. L’exfiltration d’Abéhi a été décidée depuis Accra. Les cadres et sécurocrates du FPI en exil au Ghana sentant l’étau se resserrer autour d’un de leur espoir de retour au pouvoir par la force, ont décidé d’agir rapidement.

Les fonds sont alors levés pour organiser sa cavale.

  1. Selon nos informateurs, l’argent a été remis à l’épouse d’un ancien conseiller spécial de Laurent Gbagbo, qui est un parent de son épouse Simone Gbagbo.
  2. Cette dernière a pu trouver un intermédiaire à qui elle donne rendez-vous devant une église très célèbre située à Cocody.
  3. Le jour de la rencontre, une enveloppe est remise à l’intermédiaire pour le commandant Jean-Noël Abéhi.
  4. Cette enveloppe contient en réalité une forte somme qui doit servir à régler les derniers détails du plan d’évasion de l’officier de gendarmerie.
  5. L’enveloppe parvient au commandant Abéhi le même jour dans la soirée.
  6. Deux jours après, l’ancien commandant de l’escadron blindé de la gendarmerie quittait la Côte d’Ivoire pour rejoindre les autres en exil.

Jean-Claude Coulibaly

Source: Le Patriote

CIVVR avatar 1402139190 96x96 « Fuite » du Commandant Abéhi: deux articles, deux versions?

Site indépendant sur le processus de Vérité et réconciliation en Côte d’ivoire

CIVVR – who has written posts on Vérité et réconciliation Côte d'Ivoire.


Recherches ayant amené à cette page:

  • abehi jean noel
  • commandant abehi
  • jean noel abehi
  • commandant abehi jean noel
  • abehi na pas fui
  • abehi n\a pas fui
  • armee ivoirienne commandant abehi
  • le commandant abehi

You may also like...

Commentaires

Google+